À SUIVRE AUSSI SUR Scoop-it!

______________________________________________________
_________________________________________

À suivre aussi sur Scoop-it! - périodicité variable :

- 3 worlds in Information Governance (Jean-Pascal Perrein)
- Gestion intégrée des documents d'activité (Michel Roberge)
- Point de vue sur l'information (Jean-Pascal Perrein)

et sur Paper.li - publication quotidienne :

- Information Governance (Jean-Pascal Perrein)
- Carrefour des archives (Anne-Marie Bruleaux)

Mes billets son aussi publiés sur Tumblr : Gestion intégrée des documents d'activité
_______________________________________________________________________________________________

2015-02-27

Notes de lecture – Un bureau de juge encombré de papier

Lu dans Le Bourreau de Gaudí, un polar de Aro Sáinz de la Maza qui se déroule à Barcelona (Arles : Actes sud, 2014) :

« Après avoir demandé à la réception où se trouvait le bureau de la juge, longé d'interminables couloirs, abandonné le livre sur un présentoir vide et monté puis descendu plusieurs volées d’escalier, il pénétra dans la salle où Alba Conte, la secrétaire de Susana Cabot, dissimulée derrière des montagnes de papiers et de dossiers de couleurs différentes, le reçut d'un air revêche.
- Vous avez quarante minutes de retard et Mme la juge est très occupée, lui reprocha-t-elle. Immédiatement après, comme si cela lui demandait un effort considérable, elle se redressa, dirigea son regard vers une pièce contiguë et dit : Suivez-moi, elle vous attend.
Milo la suivit docilement. La femme frappa à la porte et l'ouvrit.
- Madame la juge, l'inspecteur Malart vient d'arriver.
Susana était au téléphone et fit signe à Milo d'entrer et de s’asseoir. Il préféra fureter du regard à travers le bureau flambant neuf.

Sobre et fonctionnel, il était constitué de deux espaces distincts. D'un côté, une table rectangulaire croulait sous des tas de documents, très similaires à ceux qu'il avait aperçus dans l'antichambre, la plupart jaunis par le temps, attachés avec des sangles et contenant des chemises de couleur. Au-dessous, par terre, d'autres dossiers s'accumulaient, couverts d'une fine pellicule de poussière. De l'autre côté, se dressait une grande bibliothèque bourrée de livres de droit, qui s'arrêtait juste avant d'atteindre le mur pour laisser place à un énorme ficus. Et, placée en diagonale, près de trois petites ouvertures verticales, on pouvait apercevoir le bureau de la juge : vide de dossiers et de documents, il y avait juste le téléphone et un cadre en argent près de la lampe. » (pp. 33-34)

2015-02-25

982 - Va-t-on vraiment vers le zéro papier ?



Une des réflexions des plus intéressante sur la conservation et l'utilisation des documents technologiques. En quatre minutes et tout est dit. À visionner en boucle pour s'en imprégner.

Michel Roberge

2015-02-23

981 - Les familles d’information sur les cinq doigts de la main

Jean-Pascal Perrein identifie sur le site Web 3org.com les 7 facettes de l’information qu’on retrouve dans une organisation, qu’elle soit du secteur privé ou public, « dont 5 qui nécessitent d’être définies et formalisées à travers des politiques claires et homogènes » dans une démarche de gouvernance de l'information :

l’information engageante, porteuse d’éléments de preuve pouvant être utilisés au cours d’un litige, les informations très proches de celle-ci concerne le patrimoine, qui représente une valeur pour l’organisation qui doit rester accessible dans le temps, ces deux premières sont souvent associées à des projets d’archivage ou de Records Management.

l’information structurante, qui permet de classer les autres informations, elle se formalise par des référentiels de données, et on parle souvent de projets de Master Data Management.

l’information sensible, porteuse de risques qui peut mettre tout ou partie d’activités en péril ainsi que celle, personnelle, qui porte des éléments permettant d’identifier une personne physique ou de la rendre identifiable. Nous les appellerons les 5 familles majeures du flux Information.

l’information contributive, qui apporte un grand nombre d’éléments permettant d’alimenter ou de constituer les 5 familles précédentes.


l’information bruyante, qui n’a d’autre importance ou incidence en soi-même que de permettre de créer de l’information contributive.

2015-02-20

Hors série - Une salle de lecture incroyable

La salle de lecture 
de La Trobe de la bibliothèque de l’état de Victoria, Melbourne (Australie)

2015-02-18

980 - La gestion des documents audiovisuels dans l'administration fédérale canadienne


Si cette question vous intéresse, je vous invite à consulter cette page Web de bibliothèque et Archives Canada (BAC). On peut y lire, en introduction : 


« La technologie audiovisuelle a donné aux fonctionnaires plus de moyens de créer et de rassembler de l'information. Les enregistrements sonores et les images en mouvement captées sur pellicule, ruban ou disque sont devenus d'importantes sources d'information gouvernementale, au même titre que tout document imprimé ou sur support informatique. Dans toute l'administration fédérale, une innombrable quantité de documents audiovisuels offrent une perspective unique des activités, des programmes et des politiques du gouvernement fédéral. »

C’est aussi une réalité dans d’autres types d’organisation tant privées que publiques. Les principes qui sont énoncés par BAC sont répartis ainsi :





 


2015-02-16

Vient de paraître : Records Management and Information Culture – Tackling the People Problem

Comment aborder l’ « aspect humain » du problème de non-conformité avec les programmes de gestion des documents ? C’est à cette question fort intéressante que tentent de répondre Gillian Oliver et Fiorella Foscarini. Les auteurs visent deux objectifs : relever le défi que les utilisateurs des documents sont au centre d’une gestion documentaire efficace et performante et fournir un cadre concret visant à solutionner les problèmes de non-conformité dans un contexte où la « culture de l'information » est une partie intégrante d'une nouvelle conceptualisation de la gestion des documents électroniques :

« The notion that records are static objects that can be inventoried is completely at odds with our world of complex and emerging digital technologies and systems. Records are evidence of business transactions, thus they are inextricably linked with actions, with doing something. Identifying and listing the outputs of activities that continue to take place as the organization carries out its functions is a time-wasting and ultimately profitless endeavour. Identifying and understanding the processes of the business, however, and making sure that knowledge reflects ongoing developments within the organization, will provide insight into the records that need to be created and managed. »

2015-02-13

Notes de lecture – Une bibliothèque pour favoriser le progrès des prisonniers

Lu aussi dans Dark Secrets 2 – Le disciple (Hjorth & Rosenfeldt. – Gennevilliers, Éditions Prisma, 2014) :


« Pour un centre pénitentiaire de cette taille, Lôvhaga disposait d'une Bibliothèque plutôt grande. Il y avait sans doute plusieurs raisons à cela. La durée moyenne des peines, plutôt longue. L'horreur des crimes commis. L’idée qu'il fallait stimuler le développement intellectuel des prisonniers pour favoriser leurs progrès. La croyance selon laquelle les livres et la connaissance les transformeraient en hommes meilleurs. Plus la bibliothèque était fournie, plus grand était le nombre de détenus que la direction pouvait se targuer d'éduquer, ce qui améliorait du même coup la notation l'établissement. La logique était banale : la richesse de la bibliothèque supposait une direction compétente et active.

[…]

Le catalogue de la bibliothèque était composé d'essais et de romans, mail il fallait bien chercher pour trouver une perle. » (p. 355)