À SUIVRE AUSSI SUR Scoop-it!

______________________________________________________
_________________________________________

À suivre aussi sur Scoop-it! - périodicité variable :

- 3 worlds in Information Governance (Jean-Pascal Perrein)
- Gestion intégrée des documents d'activité (Michel Roberge)
- Point de vue sur l'information (Jean-Pascal Perrein)

et sur Paper.li - publication quotidienne :

- Information Governance (Jean-Pascal Perrein)
- Carrefour des archives (Anne-Marie Bruleaux)

Mes billets son aussi publiés sur Tumblr : Gestion intégrée des documents d'activité
_______________________________________________________________________________________________

2015-03-30

Vient de paraître : La documentation dans le numérique

Les bibliothécaires, les documentalistes ne disparaîtront pas avec l’avènement du document numérique : leurs métiers vont changer, et sans doute s’enrichir.
Olivier Le Deuff se propose, après une partie introductive et historique, de préciser ce qu’est une culture de l’information, ce qu’elle implique de la part des professionnels qui ont à la traiter, et des usagers qui doivent la repérer et s’y retrouver. Il développe longuement les rôles et missions des bibliothécaires et documentalistes dans ce monde technique (informatique) et professionnel (le classement et les architectures de l‘information). Il précise la place nouvelle des lecteurs, usagers, internautes, et les fonctions indispensables de médiation qui sont attachées à ces nouveaux supports. Il replace la formation de chacun comme préalable à ces nouvelles compétences.
Cet ouvrage, à la fois théorique, pratique et prospectif, s’adresse à tous ceux qui travaillent dans le champ de l’information-documentation ainsi qu’aux formateurs.

Olivier Le Deuff est maître de conférences à l’université Bordeaux 3.

2015-03-27

Vient de paraître : Archivistes de 2030

Réflexions prospectives de Françoise Mirguet, Paul Servais. Sous la direction de Paul Servais, avec la collaboration de Françoise Mirguet

Les archives ont changé. Les gestionnaires de celles-ci doivent relever les défis de cette évolution. Trente-cinq d'entre eux issus de tous les milieux professionnels ont accepté de partager leurs réflexions, en fonction de leur(s) expérience(s) ou de leur angle d'observation, sur l'évolution de leur métier dans quinze ans.


ISBN : 978-2-8061-0214-0 • 2015 • 430 pages

2015-03-25

989 - Les tendances 2015 en gestion des documents d’activité


Dans le cadre du salon Documation 2015, Hélène Mouiche, analyste senior chez Markess, a identifié quelques-unes des tendances 2015 dans les processus de gestion documentaire. En voici le résumé extrait du site Web de Markess.fr :
« 1. Le multicanal, un enjeu majeur pour communiquer
Les évolutions technologiques et sociétales transforment les façons de communiquer. Les communications deviennent multicanal au travers de documents et de contenus échangés via des canaux complémentaires. Adopter une telle approche oblige inévitablement les entreprises à revoir leurs processus documentaires entrants et sortants, de même que les solutions de gestion utilisées. 
2. La conservation des contenus engageants
Le contexte légal et réglementaire est indéniablement un catalyseur de la dématérialisation des documents mais aussi de leur corollaire, la conservation de ces contenus électroniques. Les initiatives pour généraliser les échanges numériques ou la facturation électronique devraient ainsi favoriser les projets d'archivage de contenus numériques, avec en priorité la conservation de contenus engageants. 

3. Un marché tiré par les besoins d’automatisation des processus métiers
Le traitement de nombreux processus métiers comporte encore maintes interventions manuelles et répétitives ; l’introduction du numérique permet d’automatiser tout ou partie de ces processus et ainsi d’optimiser et de fiabiliser les processus et de réduire les délais de traitement. Aussi l’automatisation de processus est largement recherchée par les décideurs des directions métiers, à l’instar des RH qui y voient un vecteur d’optimisation de leurs processus. 
4. Associer processus, informations et personnes grâce au « case management »
Améliorer et automatiser les processus sont des enjeux clés et pourtant, le plus souvent, les solutions en place dans les organisations ne permettent d’y répondre que partiellement. Les besoins portent sur des solutions qui offrent une vision globale et unifiée des contenus, des processus concernés et des personnes impliqués dans leur gestion, afin de traiter aisément, rapidement et de façon collaborative un dossier.  
5. Développer la confiance numérique
L’innovation constante dans le domaine du numérique favorise également le développement de nouveaux usages tels que la contractualisation en ligne ou la saisie et la transmission d’un constat d’accident depuis un smartphone. Ces usages innovants déclenchent en parallèle la mise en œuvre de projets visant à sécuriser les échanges et les transactions qu’ils génèrent. »  

Bizarre, il n’a été nullement question d’archivistique ni d’archivage managérial !

2015-03-23

988 - Des raisons pour s’intéresser à la gestion documentaire

Le site Web d’Archimag souligne, à l’occasion du Salon Documation 2015, qu’à l’ère du travail collaboratif et du big data, « les nouvelles formes de l’information tendraient à faire oublier que le document reste un vecteur fondamental qu’il faut savoir gérer » parce que :

1. Le document est un support d’activité.
2. Bien gérer ses documents, ça rapporte.
3. La gestion documentaire s’est transformée.
4. Une bonne gestion documentaire est une condition incontournable de sécurité.
5. La gestion électronique de document, c’est bon pour l’environnement.

J’appuie.


Michel Roberge

2015-03-20

Hors-série – Les effets bénéfiques de la lecture d’un livre

 
Lire seulement six minutes par jour réduit le stress de 68%, rien que ça ! Et la science a trouvé des bénéfices qui vous donneront envie de lire davantage : la lecture permettrait de maintenir votre cerveau en activité de façon plus efficace pour lorsque vous serez plus âgés. L'étude montre même qu'une personne âgée lisant régulièrement un roman sur sa version papier est moins susceptible d'être atteinte de la maladie d'Alzheimer. Mais tout dépend du style de lecture, car les effets positifs peuvent être différents selon la façon dont on lit...

C'est là que le fameux débat entre la lecture sur papier et sur écrans entre en jeu. Depuis qu'en 2007 le Kindle est arrivé sur le marché, deux camps se sont formés : d'un côté, les puristes qui préfèrent être en contact direct avec le papier et sa douce odeur de cellulose, de l'autre côté ceux qui voient avant tout le côté pratique de la liseuse, puisqu'elle ne prend presque pas de place dans le sac. Il faut croire qu'aujourd'hui la science vient de clore le débat et sachez qu'elle penche en faveur des livres sur papier !

En 2014, une expérience scientifique a fait lire une histoire à des individus sur Kindle et il s'avère qu'ils étaient moins capables de se rappeler de la continuité chronologique des événements de l'histoire que ceux ayant lu la même intrigue sur une version papier. 


Intéressant, non ?  Allez LIRE la suite…

2015-03-18

987 - Valeur intrinsèque ou nécessité absolue

Se peut-il qu’encore en 2015 on s’interroge sur la valeur des archivistes perpétuellement en quête d’utilité professionnelle ? En quarante ans de métier, j’ai vu se soulever cette question de façon cyclique. Comme si le métier ou la profession en introspection permanente ne réussissait pas, derrière cette dénomination, à imposer son indispensabilité. Avec les années, j’ai compris que ce n’était pas par rapport à soi que passe la solution à cette question existentielle. Mais davantage par la communication et l’adéquation de l’offre des spécialistes que nous sommes avec les préoccupations concrètes des clients à servir.

À une époque où la gouvernance de l’information et les normes internationales sur le déploiement de systèmes de gestion des documents d’activité font la une sur les réseaux sociaux, il faut livrer la marchandise. Notre avenir repose sur notre intégration dans les processus du management des organisations, au sein d’équipes mixtes d’utilisateurs et de fournisseurs de services technologiques (architectes et pilotes de systèmes), afin d’assurer une gestion du changement dans le respect absolu des pratiques de gestion documentaire dont nous sommes les gardiens et les experts.

Dans un cheminement de carrière, chacun fait ses choix : entre la valeur intrinsèque de mon métier ou sa nécessité absolue, j’ai investi dans la deuxième option.

Vient d’être publié : Histoire des documentalistes de 1900 à 2000

Canopé, le réseau national de documentation pédagogique, réseau de création et d'accompagnement pédagogique, vient de publier un intéressant ouvrage sur l'histoire des documentalistes, et donc de la documentation tout au long du 20ème siècle  : « Documentalistes : leur histoire de 1900 à 2000 » sous la plume de Marie-France Blanquet.

C'est au cours de ce siècle, presque dans son entier, que peut se situer la naissance du double concept de l'information et de la documentation et des métiers qui s'y sont associés. On peut en effet relever la première trace du concept avec la création, le 12 septembre 1895 à Bruxelles, de la Fédération internationale pour l'information et la documentation (FID).  Et c'est donc tout au long du siècle qui suit que les grands jalons historiques du concept et du métier vont s'écrire.

Cette histoire permet de bien suivre l'itinéraire d'un concept (information et documentation, dès l'origine étroitement liés) et de métiers, d'abord attachés au support papier, quasi-universel sur une très longue période, même si, assez tôt, les microformes apparaissent mais plus comme un outil de conservation et d'archivage, puis prenant lentement en compte, avec beaucoup de réticences dans un premier temps, la dimension numérique qu'aujourd'hui plus personne ne peut ignorer.

C'est entre autres cette difficile bascule d'un métier bardé des méthodes trop attachées au support qui est évoquée dans le chapitre « Le documentaliste : métier et image » qui étudie sous l'angle historique, sans passion donc, cette mutation parfois douloureuse, en gros entre 1980 et 2000. C'est l'occasion pour les auteurs de citer Les Infostratèges, notamment à plusieurs reprises notre article « Le métier de documentaliste : un malentendu depuis plus de trente ans ».


Source : les-infostrateges.com